Negotiations with the Department of Justice - No. 4

We write further to our meeting with the Department of Justice and Stephen Toope on Thursday, August 23, 2012, concerning the implementation of the Order of the Honourable Justice Barnes dated May 1, 2012 finding the deduction of VAC disability benefits from SISIP LTD payments is in breach of Section 24(a)iv of the SISIP policy.

We are pleased to report that significant progress was made at the meeting of August 23, and that both sides are working as quickly as possible to bring this matter to a conclusion. 

Progress of Settlement
We have made significant progress on an agreement in principle to resolve all outstanding issues arising from the decision of Justice Barnes, although there remains work to be done and instructions to be taken by both sides. 

As far as timing for notice to the Class of any proposed settlement and the approval of any settlement, we are making best efforts to target delivery of a notice to the Class by October 31, 2012, and have a target for an approval hearing date of the first week of December 2012. Of course, this all depends on achieving agreement of the few remaining issues. 

While both sides would like to implement the Order sooner in order to start the flow of further monies to disabled veterans, and are sensitive to the needs of disabled members, the following factors will require some processing time: 

  1. All financial data flowing from SISIP must be verified and is being vetted by the office of the Superintendent of Financial Institutions (OSFI) for accuracy; 
  2. A number of federal department agencies must be consulted by both parties in order to obtain the necessary information to implement the global settlement. For example, the tax implications of the retroactive payments are of great concern to us, and we have sought assessment of the tax implications with Canada Revenue Agency (the “CRA”); and 
  3. Consultation with relevant departments and agencies affected by the resolution must be, completed, and government approval is required. 

These issues represent some of the challenges in finalizing and approving the Order of Justice Barnes. From our experience with these cases however, these resolution discussions are moving at an incredibly rapid pace compared to other class actions.

Moving to some of the specific issues we are working on:

Limitation Period
We are very pleased to report that, subject to reaching agreement on all other terms, it appears that the government is open to extending the reimbursement of offsets beyond limitation periods.

Taxability
The parties have discussed the principle of an additional payment to each eligible member of the Class representing a notional “gross up” of the payment to cover interest on income tax payable on the retroactive lump sum payment. Government appears receptive to this. In addition, we are seeking a comfort letter from the CRA that any legal fees deducted should be tax deductible by the member.

Interest
There will be pre-judgment interest payable on all monies owed from 1992 to May 1, 2012. By statute, the Government is not required to pay interest prior to 1992. The parties continue to negotiate, but we are hopeful that our most recent offer will be accepted.

Support and Recognition for Veterans Most Impacted by the Offset
We continue to negotiate with the Department of Justice and Mr. Toope concerning recognition of the impact that the offset has had upon members of the Class. 

Qualification & Eligibility for Payments
All members of the Class should receive the amounts offset by SISIP for the first 24 months of their disability, assuming that their payments would not otherwise have been reduced to zero by reason of other offsets.

We are also seeking to set up a mechanism whereby those who are totally and permanently disabled from any occupation after the first 24 months who have had their SISIP benefits completely offset (the “zero sum” members) will be automatically assessed by SISIP as disabled if they received any of a number of “proxies”. We have identified a number of  “proxies” that the Government is currently in the process of reviewing.

The intent of the “proxies” is to reduce the number of disabled veterans who have already been determined to be totally and permanently disabled on the evidence readily available to SISIP, who have to go through a process of historical medical assessment or providing historical medical information.

That being said, not having a proxy does not mean the zero sum member will not get paid. Rather, we have also proposed a mechanism for the zero sum members entitlement to be evaluated using traditional SISIP rules, but in a simplified manner. Further we have proposed that any dispute about eligibility be determined by a third party adjudicator independent of SISIP.

So, in addition to being automatically assessed by SISIP as against possible “proxies”, a class member may also establish SISIP entitlement through the traditional test, with the protection of an independent adjudication process.

The Defendant is currently evaluating this proposal.

Conclusion
We know from experience that each memorandum we send raises questions on process that cannot adequately be addressed in a general memorandum to the entire class. However, we want to emphasize that significant and favourable progress was made on resolving all issues (both retroactive and prospective) and that both sides are working in good faith to resolve all issues as quickly as possible.

The aim of both parties is to streamline the process so as to get monies into the hands of those disabled veterans who need it the most as quickly and efficiently as possible, with as little paperwork as possible.

As always, please do not hesitate to contact us as follows:

By email: SISIPClassAction@mcinnescooper.com
By phone: (902) 455-8140

Peter Driscoll

/amh

 

***

 

La présente est un bilan de notre rencontre du jeudi 23 août 2012 avec le ministère de la Justice et Stephen Toope. La réunion portait sur l’application de l’ordonnance du juge Barnes datée du 1er mai 2012 en vertu de laquelle il a été déterminé que la déduction des prestations d’invalidité d’ACC des paiements d’ILD du RARM enfreigne l’alinéa 24(a)iv de la politique du RARM.  

Nous sommes heureux de vous annoncer qu’il y a eu des progrès importants lors de la rencontre du 23 août et que les deux parties travaillent le plus rapidement possible à conclure cette affaire.  

Progrès du règlement
Nous avons réalisé d’importants progrès au sujet de l’accord de principe visant à résoudre toutes les questions découlant de la décision du juge Barnes, mais il reste du travail à faire et des directives à suivre pour les deux parties.

En ce qui concerne la date précise de l’avis aux membres du recours collectif pour tout règlement proposé et l’approbation de tout règlement, nous déployons tous nos efforts pour envoyer un avis d’ici la date ciblée du 31 août 2012 et tenir une audience d’approbation la première semaine de décembre 2012. Ces éléments dépendent naturellement de la conclusion d’un accord au sujet des quelques dernières questions. 

Bien que les deux parties veuillent exécuter l’ordonnance le plus tôt possible pour commencer à distribuer d’autres sommes aux anciens combattants invalides et qu’elles soient sensibles aux besoins des membres invalides, il faudra allouer du temps pour traiter des facteurs suivants : 

  1. Toutes les données financières découlant du RARM doivent être vérifiées et approuvées par le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) pour en confirmer l’exactitude.    
  2. Les deux parties doivent consulter un nombre d’organismes fédéraux pour obtenir l’information nécessaire à l’exécution du règlement dans son entièreté. Par exemple, nous nous soucions grandement des répercussions fiscales liées aux paiements rétroactifs et nous avons demandé à l’Agence du revenu du Canada (ARC) d’en faire l’évaluation.  
  3. Une consultation doit avoir lieu auprès des ministères et organismes pertinents qui sont touchés par le règlement et il faut obtenir une approbation gouvernementale pour ce faire.   

Ces enjeux représentent certains des défis à la finalisation et l’approbation de l’ordonnance du juge Barnes. Cependant, d’après notre expérience dans ce type de cas, les discussions de règlement ont lieu à une rapidité incroyable par rapport aux autres recours collectifs.  

Voici d’autres questions précises sur lesquelles nous nous penchons :  

Délai de prescription
Nous sommes heureux de signaler que, sous réserve de la conclusion d’un accord au sujet de toutes les autres dispositions, il semble que le gouvernement soit disposé à prolonger le remboursement des réductions au-delà du délai de prescription.  

Assujettissement à l’impôt
Les parties ont discuté du principe d’un paiement supplémentaire à chaque membre admissible du recours collectif représentant une « majoration » notionnelle du paiement pour couvrir les intérêts de l’impôt des particuliers payable sur le paiement forfaitaire rétroactif. Le gouvernement semble ouvert à cette question. Par ailleurs, nous essayons d’obtenir une lettre d’accord de l’ARC permettant aux membres de déduire tout honoraire d’avocat déductible du revenu imposable.   

Intérêts
Il y aura des intérêts avant jugement payables sur toutes les sommes dues de 1992 au 1er mai 2012. En vertu de la loi, le gouvernement n’est pas tenu de payer les intérêts avant 1992. Les parties continuent de négocier, mais nous avons bon espoir que notre plus récente offre sera acceptée.  

Appui et reconnaissance pour les anciens combattants les plus touchés par les réductions
Nous continuons à négocier avec le ministère de la Justice et M. Toope au sujet de la reconnaissance des répercussions que les réductions ont entraînées sur les membres du recours collectif.   

Qualification et admissibilité aux paiements
Tous les membres du recours collectif devraient recevoir les montants réduits par le RARM pour les 24 premiers mois de leur incapacité en supposant que leurs montants n’ont pas été réduits à zéro en raison d’autres réductions. 

Nous tentons aussi d’établir un mécanisme en vertu duquel tous ceux qui sont frappés d’une invalidité totale et permanente les empêchant d’occuper un poste après les 24 premiers mois et qui ont vu leurs prestations du RARM entièrement réduites (membres de la somme nulle) seront automatiquement évalués par le RARM à titre d’invalides s’ils ont reçu n’importe laquelle du nombre de « substitutions ». Nous avons déterminé un nombre de substitutions que le gouvernement est en train d’examiner.   

Les « substitutions » visent à réduire le nombre d’anciens combattants invalides que l’on a déterminé comme étant frappés d’une invalidité totale et permanente selon les preuves que le RARM avait déjà sous sa disposition, qui doivent subir un processus d’évaluation des antécédents médiaux ou qui doivent fournir des renseignements médicaux.   

Ceci étant dit, le fait de ne pas avoir reçu une substitution ne signifie pas qu’un membre de la catégorie somme nulle ne sera pas payé. Nous avons plutôt proposé un mécanisme donnant le droit aux membres de la catégorie somme nulle d’être évalués au moyen des règles traditionnelles du RARM, mais d’une façon simplifiée. Par ailleurs, nous avons proposé que tout différend au sujet de l’admissibilité soit tranché par un arbitre tiers indépendant du RARM.   

Par conséquent, outre le fait d’être automatiquement évalué par le RARM en vertu d’une substitution possible, un membre du recours collectif peut également établir un droit dans au RARM au moyen d’un test traditionnel tout en ayant la protection d’un processus d’arbitrage indépendant.  

La défenderesse est en train d’évaluer cette proposition.  

Conclusion
Nous savons par expérience que chaque note de service que nous envoyons soulève des questions de processus auxquelles une note générale destinée à tous les membres du recours collectif ne peut répondre convenablement. Cependant, nous voulons insister sur le fait que des progrès importants et favorables ont été faits au sujet de tous les enjeux (rétroactifs et prospectifs) et que les deux parties travaillent de bonne foi à résoudre tous les problèmes le plus rapidement possible.

Les deux parties ont pour objectif de simplifier le processus pour que l’argent soit remis aux anciens combattants invalides qui en ont le plus besoin, le plus rapidement possible et avec le moins de contraintes bureaucratiques que possible.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec nous selon les moyens suivants :  

Par courriel : SISIPClassAction@mcinnescooper.com
Par téléphone : 902-455-8140

Peter Driscoll

/amh