Negotiations with the Department of Justice – No. 3

 

Introduction: We write to update you on the progress of our resolution discussions with the Department of Justice on August 3, 2012. As many of you may be aware, Stephen Toope was appointed as the Legal Agent of the Attorney General of Canada to act as the Federal Representative of the Minister of National Defence in these discussions along with lawyers from the Department of Justice.

The Appointment of Stephen Toope: Mr. Toope has been appointed as the Minister of National Defence’s representative. Mr. Toope is a lawyer and currently the President of the University of British Columbia. Mr. Toope is not a mediator nor has he been appointed to assist Justice Barnes. Mr. Toope is a private lawyer instructed by the Minister of National Defence.

Meeting of August 3, 2012: Our meeting with Mr. Toope and representatives of the Department of Justice was a positive one. When introducing himself, Mr. Toope advised that he had instructions from the Minister of National Defence to attempt to resolve the claim with us within certain parameters and based on the following principles:

  • Resolution is in both parties’ best interest;
  • That any resolution will provide finality and certainty;
  • Determining eligibility is a key issue to be resolved;
  • No “double recovery” (i.e., employment income and SISIP payments);
  • That the resolution process must focus on simplicity and intelligibility.

Issues Discussed: The following issues were discussed with respect to retroactive reimbursement:

  • Management of Estate Claims – a process by which certain estate claims would be paid directly to spouses and dependent children;
  • Tax Neutrality – a process for communicating appropriate tax elections available to the class to lessen the tax impact of the retroactive payments;
  • Interest – the appropriate interest to be paid to the class, both pre- and post judgment;
  • Cut-Off Date – the period of time that will be compensated (i.e., how far back in time will retroactive payments be made). Although there are potential statutory limitation periods, positive progress has been made with respect to the scope of recovery. This issue is a key component of the resolution discussions and, although we cannot specifically detail the discussions, we can characterize the progress on this issue as positive; 
  • Zero Sum Claims Management – this issue is the focus of most of the discussion between the parties. The main issue to be resolved, from the Government’s perspective, is how to fairly determine whether an individual was, and is, “totally and permanently disabled” as defined under the SISIP Long Term Disability Policy since the closing of their file with SISIP. We have taken the position that such a determination should be made with reference to medical files in the possession of Veterans Affairs Canada, and the table of disabilities used by Veterans Affairs. While agreement has not been reached on the process, the parties will seek an Order from the Federal Court permitting the sharing of information between VAC and SISIP. Once the information is disclosed, this may assist the parties to determine a fair process which complies with the policy terms, while ensuring the dignity of the participants is respected. At the close of the meeting both parties agreed to consider further proposals on the fairest process to follow in achieving the foregoing.

Why Resolution Discussions? Who Approves the Resolution? Some of you may ask “Why are we in discussions? Didn’t we win?” While it is true that after 6 years of litigation, to the Supreme Court of Canada and back again, that we won at trial on the interpretation of the contract that the Pension Act offset was unlawful, the foregoing issues were not dealt with at that trial. What we are working on now is the implementation of the decision, which gives rise to further issues as set out above. Ultimately we are trying to avoid further litigation (and delays) by involving ourselves in resolution discussions. Should either party be unable to resolve an issue satisfactorily, the issue will be litigated in Federal Court before Justice Barnes. If the parties are able to reach a resolution on all issues, the resolution still must be reviewed and approved by the Court to make sure that it is fair and reasonable.

Clarification on Counsel Fees: Our fees do not form part of the negotiations. We are focused on getting the best resolution on the core issues we can, as quickly as we can, to benefit the members. Once we are done we will review the position on fees. Again fees are not part of the resolution discussions, as only the Court will set the fees. The fee process is completely transparent. We will give notice to the Court and to the members on the amount of the fee we are seeking. The fee request will be based on a number of factors, only one of which is the contractual percentage. Other considerations are legal precedent (what has been paid in previous cases), the risk and cost of the firm to the date of the application, the work completed (appearance in the SCC, and successful trial of the contract issue), the number of people benefiting from the class action, and the amount involved.  All of the foregoing is set out in an extensive brief and affidavits which will be available for review by all members and will be reviewed by the Court before the Court ultimately sets a fee that the Court decides is reasonable for the work we have done for you.

 

Please Contact Us:

Should you have any questions, please do not hesitate to contact us as follows:

By email:  SISIPClassAction@mcinnescooper.com
By phone:  (902) 455-8140

 

Peter Driscoll

 

***

Négociations avec le ministère de la Justice – no 3

 

 

Introduction : Nous vous écrivons pour vous donner une mise à jour sur les progrès de nos discussions de règlement avec le ministère de la Justice du 3 août 2012. Comme bon nombre d’entre vous le savent, Stephen Toope a été nommé fondé de pouvoir du procureur général du Canada pour agir comme représentant fédéral du ministre de la Défense nationale dans le cadre de ces discussions. Il travaillera en collaboration avec les avocats du ministère de la Justice.  

Nomination de Stephen Toope : M. Toope a été nommé représentant du ministre de la Défense nationale. Il est avocat et recteur actuel de l’Université de la Colombie-Britannique. M. Toope n’est pas un médiateur et il n’a pas été nommé pour aider le juge Barnes. Il est un avocat de pratique privée travaillant sous la tutelle du ministre de la Défense nationale.   

Réunion du 3 août 2012 : Notre rencontre avec M. Toope et les représentants du ministère de la Justice a été positive. Quand il s’est présenté à nous, M. Toope a mentionné qu’il avait reçu les directives du ministre de la Défense nationale d’essayer de résoudre la réclamation avec nous à l’intérieur de certains paramètres basés sur les principes suivants :  

  • Un règlement doit être atteint l’intérêt supérieur des deux parties; 
  • Que tout règlement soit final et certain;  
  • La détermination à l’admissibilité est une question clé à résoudre;
  • Aucun « double recouvrement » (c.-à-d., revenu d’emploi et paiements du RARM); 
  • Que tout processus de règlement doit insister sur la simplicité et l’intelligibilité.

Questions abordées : Les questions suivantes ont fait l’objet de discussions au sujet du remboursement rétroactif.  

  • Gestion des réclamations successorales – processus en vertu duquel certaines réclamations successorales seraient versées directement aux époux et aux enfants à charge.
  • Neutralité fiscale – processus pour la communication des choix fiscaux appropriés pour les membres du recours afin de réduire l’incidence fiscale des paiements rétroactifs.   
  • Intérêt – l’intérêt approprié à verser aux membres du recours, avant et après le jugement. 
  • Date limite – période qui sera compensée (c.-à-d., la durée de la période pour laquelle des paiements rétroactifs seront versés). Bien qu’il y ait des périodes de restriction statutaire possibles, il y a eu des progrès positifs en ce qui concerne la portée du recouvrement. Cette question est une composante clé des discussions de règlement et même si nous ne pouvons divulguer les détails des discussions, nous pouvons qualifier le progrès comme étant positif.
  • Gestion des réclamations d’une somme nulle – la plupart des discussions entre les parties portent sur cette question. Le principal problème à résoudre, de la perspective du gouvernement, consiste à déterminer équitablement si une personne était, et est, frappée d’une « invalidité totale et permanente », comme définie par la politique sur les prestations d’invalidité de longue durée du RARM depuis la fermeture du dossier avec le RARM. Nous avons pris pour position que cette détermination devrait être effectuée en fonction des dossiers médicaux en possession d’Anciens combattants du Canada et du tableau d’invalidité utilisé par ce ministère. Bien qu’une entente n’ait pas été atteinte sur le processus, les parties tenteront d’obtenir une ordonnance de la Cour fédérale permettant l’échange de renseignements entre ACC et le RARM. L’information, une fois divulguée, aidera les parties à déterminer un processus équitable qui est conforme aux conditions de la politique tout en s’assurant que la dignité des participants est respectée. À la fin de la rencontre, les parties ont toutes deux accepté d’envisager d’autres propositions sur le processus le plus équitable pour respecter les conditions précédentes.

Pourquoi tenir des discussions de règlement? Qui approuve le règlement? Il se peut que certains d’entre vous se demandent « Pourquoi tenons-nous des discussions? N’avons-nous pas gagné? » Bien que ce soit vrai qu’après six ans de litiges, de la Cour suprême du Canada à maintenant, nous avons gagné lors du procès sur l’interprétation du contrat que la réduction de la Loi sur les pensions fût illégale, les questions susmentionnées n’ont pas été traitées lors du procès. Nous travaillons actuellement sur l’application de la décision, dont les questions susmentionnées découlent. En fin de compte, nous essayons d’éviter d’autres litiges (et retards) en participant aux discussions de règlement. Si un ou l’autre des parties n’arrive pas à résoudre une question de façon satisfaisante, le problème sera débattu en Cour fédérale devant le juge Barnes. Si les parties sont en mesure d’atteindre un règlement au sujet de toutes les questions, le règlement devra tout de même être revu et approuvé par la Cour pour s’assurer qu’il est équitable et raisonnable. 

Clarification sur les frais d’avocat : Nos frais ne font pas partie des négociations. Tous les efforts que nous déployons portent sur le meilleur règlement des principales questions, le plus rapidement possible, pour le bienfait des membres. Une fois que nous aurons terminé, nous examinerons notre position sur les frais. Encore une fois, nos frais ne font pas partie des discussions sur le règlement, car seule la Cour établira les frais. Le processus de frais est entièrement transparent. Nous enverrons un avis à la Cour et aux membres au sujet du montant des frais que nous demandons. La demande de frais sera basée sur un nombre de facteurs, dont un est uniquement lié au pourcentage contractuel. Les autres éléments dont il faut tenir compte sont le précédent jurisprudentiel (ce qui a été payé dans des cas précédents), le risque et le coût du cabinet d’avocats à partir de la date de la demande, le travail effectué (présence à la Cour suprême du Canada et le procès réussi sur la question du contrat), le nombre de personnes bénéficiant du recours collectif et le montant associé. Tout ce qui a été mentionné a été établi dans un mémoire et des affidavits exhaustifs, que tous les membres pourront lire et que la Cour pourra examiner avant de décider des frais qu’elle jugera raisonnables pour le travail que nous avons effectué pour vous.

 

Veuillez nous contacter :

Si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas à communiquer avec nous :  

Par courriel : SISIPClassAction@mcinnescooper.com
Par téléphone : 902-455-8140

 

Peter Driscoll